India Now - French - page 61

E M I T H I L A H A A T
59
|
AOÛT-SEPTEMBRE 2014
India Now Affaires et Economie
MISE A
JOUR RURALE
situation difficile. De nombreux
artisans dans le Mithilanchal
devaient faire face à des situations
similaires - manque d'accès au
marché et donc d'un bon prix pour
leurs œuvres d'art. "Leur confiance
était au plus bas et de nombreux
artistes abandonnaient leur activité
ancestrale pour d'autres plus
lucratives bien que plus banales,"
déclare Jha. De plus, ils renonçaient
à leur héritage, un part unique et
intéressante de l'héritage culturel
de l'Inde et ils poussaient cette
forme d'art aux portes de l'oubli.
Pour Jha, un fils de la terre, "ce fut
vraiment pénible d'apprendre tout
cela." Si ce déjeuner fut une pure
agonie pour Jha, ce qui a suivi fut
encore pire.
Incapable de se concentrer sur
son travail, il passa du temps à
ruminer des options pour aider sa
tante et les autres artistes. Il savait
qu'une aide financière serait une
solution à court terme et que les
artistes populaires ne feraient
jamais de compromis vis-à-vis de
leur amour propre pour accepter
une aide pécuniaire non sollicitée. Il
a dû réfléchir à une approche plus
stratégique pour aider ces artistes
à reprendre leur ouvrage. Jha fut
déterminé à faire quelque chose.
Au cours des jours suivants, il fit
une recherche exclusive sur le
sujet. "J'ai fait des recherches sur
l'art de Mithila, parlé à beaucoup de
gens dans mon village et je fus
étonné par le genre de réponse que
cet art avait reçu," dit-il. Ce fut le
catalyseur pour la décision de Jha.
"J'avais pris la décision de travailler
pour eux et j'ai décidé de
démissionner." Sa décision en a
surpris beaucoup. Mais son
business plan solide lui a aussi
ramené un co-fondateur et
investisseur, Gurmeet Singh Ahuja,
qui travaillait en tant que Vice-
président, Stratégie et
Approvisionnement, et Président,
Ressources Humaines dans la
même entreprise que Jha. Curieux
de la décision de Jha de
démissionner soudainement, Ahuja
l'a défié. Quand il découvrit que son
jeune employé quittant l'entreprise
ne le faisait pas pour une meilleure
offre, mais pour créer sa propre
entreprise sociale, Ahuja, alors
impressionné, lui proposa de
l'aider. Pour Jha, qui ne croyait pas à
un soutien à ce stade, cette offre
tombant du ciel fut une surprise
agréable. "J'étais vraiment
déconcerté," se souvient Jha. Mais
désormais il avait le financement
initial pour la création d'eMithilaHaat.
Le troisième partenaire dans cette
aventure ne fut toutefois pas aussi
facilement convaincu. Le père de Jha,
Jitendra Kishore Jha, actuellement
Directeur des Opérations
d'eMithilaHaat, est enseignant au
lycée gouvernemental à Siwan.
Initialement furieux de la décision de
son fils de quitter son job bien payé,
Jha sénior s'est rallié dès que son fils a
exposé devant lui la feuille de route
d'eMithilaHaat. Le plan fut si
convaincant que Jitendra Kishore Jha
décida non seulement d'investir ses
économies durement acquises dans le
rêve d'aventure de son fils, mais il prit
également la tête des opérations et
des acquisitions des produits. Il fait
aujourd'hui le tour des villages
organisant des rencontres pour
convaincre les artistes de s'associer
avec eMithilaHaat.
L'idée est noble; l'esprit authentique
et les efforts bien menés. Mais
Ce N'est Pas Pulp Fiction:
L'impact visible de l'effort
peut être discerné dans la pensée et l'éthique de
travail des artistes qui sont derrière les toiles qu'ils
avaient abandonné. Certaines pièces maîtresses
issues de la boutique en ligne (gauche et droite); un
artiste pose devant son œuvre murale (à droite).
PHOTOS PAR EMITHILAHAAT
1...,51,52,53,54,55,56,57,58,59,60 62,63,64,65,66,67,68
Powered by FlippingBook